jeudi 6 novembre 2014

Test : Ao no Kiseki Evolution

Legend of Heroes - Ao no Kiseki Evolution



Vous connaissez certainement Sora no Kiseki, connu en occident sous le nom de Trails in the Sky. 3 épisodes composent la petite histoire qui se déroule au Royaume de Liberl, ce n'est pas rien. Pourtant, non loin de là, dans la région de Crossbell dont la capitale porte le même nom, d'autres faits ont lieu. Ceux-ci sont contés dans Zero no Kiseki. Ce sont plusieurs mois après la fin des événements que Ao ouvre ses portes, toujours à Crossbell en compagnie de notre « 特務支援課 Tokumu shien ka », « Special Support Section » ou SSS en abrégeant de plus en plus.


Alors que de nombreuses affaires semblent bel et bien bouclées, l'introduction nous propulse au cœur d'une poursuite, rémanence d'une affaire qui sera, Lloyd l'espère, fini une bonne fois pour toute. En compagnie d'alliés puissants, vous découvrez les ruines d'un passé que certains aimeraient oublier. Pourtant, la difficulté se fait sentir immédiatement, puisque votre groupe se retrouve dans des situations rapidement peu avantageuses. Notre inspecteur et héros est fermement décidé à mettre aux arrêts les criminels, quitte à faire le maximum pour qu'ils survivent. C'est à la fin de ce chapitre introductif agité que la Section reprend du service sous la coupe de son leader.
De nouveaux membres l'ont rejoint. Après tous les efforts fournis ces derniers mois, l'importance de celle-ci est plus forte que jamais et augmenter son effectif n'est pas un luxe.






Zero no Kiseki nous surprend très vite, en proposant une gravité des situations bien plus dense que dans le précédent épisode et Crossbell est rapidement la proie de conflits sans précédents.
Si le premier opus présentait et développait de tous nouveaux personnages, il s'agit ici de creuser et de découvrir le fond. Quelle est l'origine de la mort du frère de Lloyd ? Qu'en est-il du mystère qui entoure Kea, la jeune fille que la Section a recueilli quelques mois plus tôt ?
Quand l'empire d'Erebonia et la République de Calvard, entourant respectivement Crossbell sur l'ouest et l'est, s'en mêlent, il faut réagir. Mais la politique du fort domine souvent le faible.

Ao no Kiseki est probablement le porte flambeau scénaristique de la série, fièrement porté par ses personnages particulièrement attachants et des retournements de situations troublants, surtout à la fin. Découvrir comment des instants plus ou moins importants sont en fait liés à d'autres que vous vivrez ici est fort plaisant. Force est de constater que les forces ennemies, à la fois nombreuses et aux buts aussi divers qu'obscures, nous gâtent constamment.
Si vous souhaitiez avoir face à vous, quantité de combattants puissants et influant, vous êtes servis.
Nous connaissions déjà le caractère et le passé de nos amis, proches, mais il reste toujours des zones d'ombre et Ao nous permet même d'entrevoir une possible romance pour notre inspecteur, si vous vous liez suffisamment. Il faudra cependant prendre le temps de parler régulièrement autour de vous afin de ne pas rater un instant clef.
Vous l'avez compris, le script, c'est du béton. Son genre de « Story-RPG » n'est pas ce qu'il est pour rien.






Qui dit second opus (après Zero), dit aussi, redite de personnages, de lieux voire de systèmes.
Se demander si cela est positif pour les personnages est inutile puisque c'est au contraire une force de la série, permettant au joueur de découvrir un background nettement plus profond que la moyenne.
La plupart des lieux nous sont déjà familiers, heureusement, notre Support Section a tout loisir de découvrir quelques nouveaux endroits régulièrement. Techniquement, cela ne devrait déranger les difficiles que lors de quêtes annexes demandant de revenir sur certains sites. Durant le scénario, ce n'est pas un problème. Il est relativement aisé de se balader dans la région ce qui allège grandement la progression.

Les systèmes quant à eux se renouvellent surtout autour des combats. Si la pêche, la cuisine, les requêtes annexes et principales sont toujours présentes, l'ajout des Master Quartz et de la Jauge de Burst chamboule quelque peu nos habitudes. La personnalisation est plus poussées et permet de donner des rôles plus clairs encore à nos personnages. Renforcer la force, la vitesse, le support, ou changer votre allié en lanceur de médicaments pour une équipe increvable... à vous de voir.
La jauge de Burst n'est pas disponible constamment, plutôt lors des moments importants. Celle-ci lorsqu'elle est remplie (à force d'attaquer principalement) vous donne la possibilité d'enchaîner plusieurs tours de suite afin d'asséner de lourds dégâts et/ou de remettre votre équipe d'aplomb.
Les combats je le rappelle débute après que vous ayez attaqué/touché un ennemi sur le terrain.
Ils prennent une forme quelque peu tactique car le déplacement est possible, seul, ou en attaquant.
Les tours de chaque combattants ennemi et alliés sont affichés sur la gauche en compagnie de bonus.






Il est nécessaire de choisir les Master Quartz que l'on désire en amont, car la montée en niveau de ceux-ci est liée à l'expérience reçue. Aussi, à haut niveau, l'entraînement devient corsé.
Heureusement, avoir un allié dont le niveau serait plus faible, de côté vous permet toujours un choix de dernière minute. Ce n'est pas l'idéal, mais les nouveaux master Quartz sont trouvés à des niveaux supérieurs, donc vous aurez toujours un minimum de puissance sous la main.
La difficulté qui s'étend sur 4 modes est très dense avec quelques affrontements dans le jeu particulièrement ardus. Mention spéciale au boss de fin qui vous gifle si violemment que vous vous demandez si voir l'ending est vraiment possible. Mais tout mur peut être dépassé, Lloyd le sait bien.

Les doublages et artworks sont toujours aussi efficaces et rendent plus vivant ses petits êtres pixelisés que beaucoup de personnages d'autres jeux. L'ambiance est là.
Falcom nous a toujours habitué à des OST de qualité et s'agissant d'une version Evolution, nous savons que les pistes du jeu ont subis un arrangement. Le résultat est plus qu’appréciable. Nous sommes aux anges du début à la fin. Bien sûr, une partie des thèmes de Zero reviennent en force.








La force du jeu et de la série par extension, c'est son script, son histoire... Des personnages vraiment bien construits, il suffit de prendre l'exemple d'Elie. Jeune femme qui a voyagé et étudié la politique. Elle s'est également entraîné au tir et a rencontré énormément de personnalités durant ses études. Elle ne peut aucunement être comparé à une "compagne du héros" comme on en voit beaucoup. Pour les quelques joueurs qui auraient fini Sen avant Ao on se rend compte du nombre de clin d’œils assez affolant. Régulièrement, nous entendons parler d'événements ayant lieu au sein de l'empire, « d'étudiants qui portent l'avenir sur leurs épaules », d'un conflit entre le peuple et les nobles, etc... Ao se passe en effet plus ou moins durant la même période. Il est assez incroyable de pouvoir jouer à pas moins de 6 jeux, tous liés directement au travers de multiples intrigues et d'un fil rouge conducteur. Le plan d'Ouroboros se met en marche et le continent de Zemlya entre maintenant dans une ère où personne n'est à l'abri. Ao no Kiseki fait son travail. Il répond à de nombreuses questions et nous donne toujours plus envie de voir ce que Falcom nous prépare pour le futur de la série. Prochain rendez-vous Sen 2. Note subjective : Un 10/10 personnel. L'un des meilleurs Rpg que j'ai pu faire.

5 commentaires :

  1. hâte de finir Zero Evo pour pouvoir y toucher <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui. De très très loin le meilleur de la série et dernier gros épisode avant que ça ne tombe dans Sen.
      Malheureusement je n'ai pas terminé le guide et je ne suis pas sûr de le finir un jour.
      J'aimerais vraiment, car c'est l'un de mes jeux préférés toutes consoles confondues.

      Peut être aurais-je la possibilité de m'y remettre dans le futur.

      Supprimer
    2. Hahaha oui j'ai lu que tu n'aimais pas trop Sen x) moi ça m'a plu, les personnages notamment x) le guide de Ao j'ai vu qu'il n'était pas fini, j'étais tombé sur le blog en anglais dont tu as mis le lien avant que je ne trouve ce blog, j'irai refaire un tour dessus bon l'epilogue n'est pas fini mais bon j'ai espoir ou sinon bah je viens te voir ! xD

      PS : c'est moi Shinobi Yang sur FB x)
      PPS : The Azure Arbitrator <3 XD

      Supprimer
    3. Ce n'est pas tant que ça ne m'a "pas plu", mais le second Sen a confirmé mes peurs du premier.
      Je me disais que le 1er n'était qu'une intro et que les petits passages intéressant n'étaient que les prémices d'un vrai gros épisode.

      Mais non seulement il est loin d'être aussi bien fait que Zero, mais Sen 2 l'est encore plus.
      Ils ne sont pas totalement nuls, juste bien moins bon. Trop de personnages, moins utiles. Des répétitions du début à la fin dès qu'on approche d'un boss.
      Et très franchement, après les bracers et la section spéciale, cette "classe", ça créé un cadre vraiment peu original et mature par rapport au reste.

      Supprimer
    4. haha je vois x)

      moi la Classe VII ne m'a pas posé de soucis x) j'ai bien aimé jouer avec eux mais c'est vrai que du coup on perd niveau "maturité" de par le cadre scolaire x)

      NSP sur Sen II XD (pas fait x) )

      Supprimer