jeudi 6 novembre 2014

Test : Sen no Kiseki

Legend of Heroes - Sen no Kiseki

Un peu d'histoire tout d'abord.

Les Kiseki (ou trails en occident) représentent un ensemble de jeux faisant partie de la série Legend of Heroes. Elle compte actuellement 6 jeux au total et peut être divisée en 3 partie actuellement.


La première, Sora, sortie entre 2004 et 2007, compte 3 épisodes, dont 2 sont/seront disponibles aux alentours de l'été 2014 (trails in the sky a été localisé en 2011 en occident). La seconde, Zero & Ao, sortie entre 2010 et 2011. Et la troisième,Sen et dans une futur proche, Sen II.

Chaque "partie" évolue au sein d'une région différente, mais toutes sont liées, car l'action se passe sur un même continent, Zemlya et les pays concernés sont relativement limitrophes.




Les 3 régions concernées pour l'instant sont le royaume de Liberl (Sora), l'état de Crossbell (Zero & Ao) et enfin l'empire d'Erebonia (Sen et Sen II).

Vous devinez donc que nous allons ici nous attarder sur ce dernier lieu. Pour les inquiets, sachez que j'évite bien évidemment le spoil. Vous pouvez de toute manière sauter le paragraphe suivant, dans le cas où vous voudriez simplement ne pas entendre parler de quoi que ce soit qui concernerait cette partie.




Le joueur incarne Rean Schwarzer, un jeune homme qui a décidé de suivre les cours d'une académie militaire plutôt prestigieuse où enfants de la noblesse et du peuple sont divisés. Les classes I et II de première et seconde année regroupent le fleuron, le patrimoine de l'empire, tandis que les classes III, IV et V, vous l'aurez compris, sont le berceau des "roturiers".

Mais Rean ne tarde pas à relever des incohérences. Il s'interrogeait avant même son voyage ici même, mais, le doute se fait de plus en fort. Lorsque le doyen annonce à chaque élève de rejoindre sa classe, il se rend compte que tout comme lui, d'autres élèves n'ont en ait aucune affectation précise. C'est alors que le professeur principal les invite à le suivre. Bien vite, ce groupe d'élèves va comprendre qu'ils ne vont pas suivre un cursus similaire à tous leurs autres camarades. Ils sont la classe VII, un groupe sans division entre les nobles et le peuple avec pour seul lien, l'ARCUS (All-Round Communication & Unison System).




La structure du jeu se veut assez linéaire, peut être un peu plus que les précédents opus, principalement du fait du cadre scolaire et qui plus est, militaire. La progression est régulière et vous apprendrez, tout au long du jeu, à connaître les régions qui vous entourent ainsi que vos camarades, professeurs etc...
C'est malheureusement assez mal fait et l'impression de perte de qualité est évidente que ce soit à cause d'un trop grand nombre de personnages (pour justifier une "classe" ?), ce cadre scolaire qui ne convient pas à la série et j'en passe.

Le jeu vous balance constamment entre légèreté et sérieux et s'il on comprend petit à petit ce qui se trame au sein de l'empire (mais aussi à l'extérieur du pays), on se demande tout de même où tout cela va nous mener. Jouer à l'épisode suivant nous fait comprendre que ça ne mène pas à grand chose. Et lorsque nous finissons le jeu, une impression étrange nous gagne. La durée de vie plus que correcte nous a fait vivre beaucoup de choses et pourtant... tout cela ne semble être qu'un début. Immanquablement on a l'impression de revivre l'épisode Trails in the Sky, avec sa fin en cliffhanger, même si en soi, le final n'es en aucun cas similaire et pas aussi bon. On a là une approche privilégiant la quantité sur la qualité, 




Bien sûr, Sen no Kiseki, ce n'est pas juste de la narration et des dialogues, mais aussi des systèmes de jeux, graphismes, musiques...

Entrons dans le vif du sujet. L'ensemble des systèmes de perdront pas les connaisseurs de la série. Les requêtes annexes et missions, ici données par notre statut de cadets (académie militaire oblige) nous permettent d'obtenir des résultats et récompenses. Les principaux changements seront plutôt présents dans les liens entre les personnages et dans le système de combat. Tout au long du jeu vous pourrez choisir de privilégier certains de vos camarades de la classe VII, voire extérieur avec qui vous passerez plus de temps encore. Le travail sur les personnages est encore une fois excellent et le mot charisme prends tout son sens. Concernant les combats, la principale différence vient finalement du changement graphique et de l'ajout de quelques détails qui rendent le tout plus vif à première vue.
La difficulté en baisse n'aide pas vraiment à se sentir aussi investi que dans les précédents. 

Les cases disparaissent mais l'aspect tactique reste. Vous pouvez vous déplacer absolument ou bon vous semble sur l'air de combat et c'est plutôt agréable tout en apportant une touche de réalisme. Les amateurs de challenge apprécierons les différents choix de difficulté. Mention spéciale au boss final, en mode Nightmare, face auquel vous avez fort intérêt d'être haut niveau (et d'avoir une sauvegarde prudente un peu plus tôt). Les déplacements sont plutôt pratiques également. Le personnage peut sprinter si nécessaire et vous pourrez vous "téléporter" d'un lieu à un autre régulièrement. Il est cependant impossible de se rendre dans les anciens lieux visités situés à l'extérieur de la ville abritant l'académie militaire.




Si nous étions habitués à des jeux en vue de dessus et des personnages en jolie 2D, Sen lui, propose une vue de dos, en 3D totale. Pour un premier essai, on peut dire que c'est correct. Si l'animation des personnages est encore à travailler, ou redondante, la direction artistique, les différents lieux, la modélisation, sans être au niveau de nombreux jeux sur PS3 est bonne, surtout pour la Vita qui ne souffre d'aucune comparaison, au contraire.. On déplore quelques rares ralentissement dans les lieux sur-peuplés. La version PS3 quant à elle mange de freezes de temps en temps. On rappelle également que le jeu a connu 2 mises à jour plus que bienvenues divisant les temps de chargement pour atteindre une durée plus acceptable.




Même si leur tour arrive en dernier, vous auriez tort de sous-estimer la bande sonore de Sen no Kiseki. Bien sûr, qui connaît Falcom sait qu'il n'y a normalement pas lieu de s'inquiéter et à vrai dire, vous auriez bien raison de le penser. Il s'agit là d'un évident point fort du jeu.



Malgré son évident retard technique sur le présent qui ne cesse d'évoluer sans que l'on sache vraiment pourquoi, la série des Kiseki ne cesse d'étonner et de se faire connaître. En tant qu'amateur de Rpg Japonais de qualité où le scénario est tant que possible, très présent, je suis dans l'obligation de vous conseiller plus que vivement cette série qui, plus le temps passe, parvient à me faire oublier que l'époque des Rpg cités précédemment, n'est plus.
Le second Chapitre de Trails in the Sky sort cette année hors du Japon. Laissez-vous tenter, car après tout, le plus gros défaut de cette série, est justement de n'être encore que trop peu traduite et connue en occident.

+ Les combats prenants
+ Les musiques et doublages
+ Quelques passages intéressants, on découvre
+ La fin donne l'impression que tout est possible...

- ....mais non, Sen 2 nous fini une histoire sans intérêt, répétitive dans sa mise en scène et par conséquent, gâche le petit potentiel du premier.
- La difficulté baisse énormément. Dans Sen 2 c'est encore plus facile
- C'est ça la succession de Zero et Ao ?

4 commentaires :